Critique des heures souterraines de Delphine De Vigan

Publié le par 1ES

3-photos-culture-livres-Delphine-de-Vigan articlephotoUn roman qui raconte deux trajectoires en parallèle. Celle de Mathilde et Thibault. Leur point commun : A bout de souffle par la vie. C’est le 20 mai et cela tout au long du roman puisque c’est l’histoire d’une seule journée. Mathilde est cadre et elle est victime d’harcèlement moral par son supérieur. Malgré tout elle essaye de faire bonne figure en espérant que ce désastre finira par rentrer dans l’ordre. Cela ne s’arrange pas elle est délaissée par ses collègues et se retrouve dans un bureau lugubre sans fenêtre, sans ordinateur, sans travail. A coté de ça Thibault est médecin à domicile, il fait face tous les jours à la détresse humaine. C’est quelqu’un qui regarde la vie des autres, qui passe son temps dans la voiture à subir un stress permanent. Les choses ne s’arrangent pas puisqu’il vient de quitter sa copine qui ne l’aimait pas, une femme superficielle et qui n’éprouvait aucun sentiment à son égard. Ce roman aborde les thèmes de la société de nos jours vis-à-vis du harcèlement moral, de la dépression. On imagine bien évidemment qu’en racontant deux histoires en parallèle et tous deux en détresse ils vont finir par se rencontrer, l’auteur nous tient en haleine tout au long du roman. Ce sont deux personnages attachant. On est pris d’émotions, car on aimerait que tout s’arrange pour ses personnages, on ne veut que leur bonheur et bien sûr on veut qu’ils se rencontrent ça serait peut être une possibilité pour sortir de se traquenard de la vie. Le lecteur est pris par les émotions des personnages peut-être plus par Mathilde. Un roman donc très touchant et bouleversant. Seulement déçu par la fin, cela nous surprend car l’intrigue était constante tout au long du roman. C’est un roman réaliste, on y voit bien que la vie n’est pas un long fleuve tranquille loin de la. Delphine de Vigan a un style d’écriture très fluide qui amène à une lecture très agréable et très rapide.

Mélanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article